Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 22:27

Nouvelle étape dans l'isolation de nos portes basculantes de garage : la mise en place de bas de porte.
(cf étape 1 choix de l'isolant, puis 2 mise en place de l'isolant dans les portes)

Nous avons acheté 2 bas de portes de garage "à lèvre" (ou "jupes", ou "bavettes") pour bloquer :
- en partie l'air qui passe par dessous,
- en cas de pluie battante, l'eau qui ruisselle le long des portes puis s'infiltre dans le sous-sol.

Ces bas de portes sont constitués d'une baguette inox à visser sur l'ouvrant de la porte, et d'une jupe en caoutchouc ("lèvre") qui touche le sol.
Une fois la porte fermée la jupe s'écrase en créant une pente vers l'extérieur : en toute logique l'eau de pluie s'évacue plutôt que de goutter vers l'intérieur.

Bavette ou jupe de bas de porte garage : ouvert Bavette ou jupe de bas de porte garage : fermé

Pas de secret pour la mise en place : découpe aux dimensions, vissage avec des vis foreuses et c'est fini.

On attend la prochaine pluie plein nord pour voir si notre garage se transforme toujours en marre au canard (ce qui m'étonnerait), en tous cas on ne sent plus de flux d'air par dessous et ça c'est déjà bien.
Edit juillet 2011 :
on a testé entre-temps au tuyau d'arrosage (merci pour ton idée en commentaire "Zapetou", on aurait pu y penser héhé !...), puis une série de pluies nous l'ont confirmé : cela bloque bien la pluie qui ruisselle sur les portes. Cela limite beaucoup également l'entrée de l'eau qui se stocke sur le pas de porte : elle s'écoule alors plutôt vers l'extérieur. En sachant que cette facade essuie toutes les pluies battantes, c'est efficace.

PRIX : 25€ l'unité, achetées chez "Bricomarché". Ha ben oui quand même, mais c'était le moins cher en comparant avec d'autres enseignes.

Repost 0
Publié par Mari & Bast - dans Isolation
commenter cet article
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 09:01

Après cet article Isolation des portes de garage (1/3) : choix isolant, nous avons acheté des plaques de polystyrène extrudé d'épaisseur 30mm qui présentent un bon rapport prix / isolation : pour 30mm, la valeur d'isolation R = 0.9
Les plaques achetées sont bouvetées et rénurées. En Français : elles s'emboitent.

Nos 2 portes de garage métalliques basculantes sont de dimension 200 x 240 cm, soit 9.6 m² au total.
Pour les isoler nous avons employé :
- 13 plaques de polystyrène en 125 x 60 cm (0.75 m² / plaque) = environ 50€
- 3 cartouches de colle spéciale polystyrène = environ 30€
TOTAL = 80€

Ce matériau se travaille facilement : niveau outillage un couteau ou cutter suffit pour le découper, + un pistolet à silicone pour la colle.


Voilà en 3 photos un résumé de la mise en oeuvre :

1/ On commence par le haut : on découpe à la hauteur, on encolle et on emboite. Trop facile !
La partie inférieure s'annonce plus corsée avec plusieurs élements à épouser lors de la découpe.
  2/ On creuse les plaques au couteau pour laisser le passage des barres de traction, la poignée, etc.
Pour découper proprement, un premier trait au cutter évite ensuite au couteau de faire des bavures.
Isolation-portes-garage-debut.JPG     Decoupe-plaques-de-polystyrene-expanse.JPG
3/ On démonte les barres, re-collage-emboitage, puis on remonte le tout.    4/ Puis on passe à l'autre porte pour la rebelote.
Isolation-portes-garage-fin.JPG   Mais au fait, "polystyrène extrudé, expansé" kèçecé ?
Le polystyrène est issu d'une transformation du pétrole, il est employé sous 2 formes pour l'isolation : extrudé = XPS ou expansé = PSE.
L'extrudé présente de meilleures performances thermiques, il est également plus résistant à la compression que l'expansé.

Pour en savoir plus sur la fabrication : lien sur toutsurlisolation et wikipedia

Les portes sont isolées, hourra !
Durée de l'opération : une petite journée ou une grosse demi-journée.

OUI MAIS
 il reste encore la périphérie à traiter, surtout en bas avec un espace d'1 bon centimêtre : ça souffle dur par là.
La suite ? Dans un prochain article bien sûr : ICI
A venir aussi, relatif à la série "j'isole mon sous-sol / garage" :
- mise en place de la chatière (pour l'instant un trou dans un parpaing du sous-sol)
- équilibrage des ressorts des portes de garage (nécessaire car plus de poids avec l'isolant)

Repost 0
Publié par Mari & Bast - dans Isolation
commenter cet article
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 22:16

Notre sous-sol a actuellement un gros point faible thermique : les portes de garage basculantes en tôle, non isolées.
Non seulement elles sont hyper conductrices de froid, mais en plus l'air passe abondement au-dessus et dessous.
Celles-ci sont orientées plein nord, sur la seule façe non-enterrée du sous-sol.

Portes-de-garage.jpg
Au fond derrière le bordel : les 2 portes
Porte-de-garage-fuites.jpg
Lumières éteintes : vous voyez que ça fuit !


Chantier prévu pour ce weekend (entre autres) : les isoler. Maintenant que choisir ?

- Pour les fuites d'air sous les portes, on trouvera soit des "boudins" en mousse ou en caoutchouc à coller ou visser.
- Ensuite nos 2 portes peuvent accueillir une épaisseur de 3 cm : ça limite. On va essayer de profiter au maximum de ces 3 petits centimètres pour obtenir une isolation optimale.
Sachant qu'actuellement ces portes n'isolent rien, 3cm "de n'importe quoi" seront déjà un grand mieux : on va chercher le meilleur rapport isolation / prix dans cette dimension.
Le tour des matériaux est vite fait dans les grandes surfaces de bricolage :

1/ La famille des "isolants minces" / multicouches
- chers, parfois très chers même au m²,
- pas forcément efficaces, la plupart des kits n'osent même pas afficher la valeur thermique "R" ... qui est l'indice normalisé de toute isolation ... de quoi se poser des questions
= pas convaincu, on évite
A savoir aussi que ces isolants peuvent être source de ruissellements car non respirants ... allez j'arrête là on va croire que j'aime pas ça.

2/ Les panneaux polystyrènes
- en 30mm, le polystyrène extrudé affiche une valeur R de 0,9 : étant donné que c'est "juste un sous-sol", cela ira sans doute déjà très bien.
- pas chers : polystyrène extrudé = 4,80€ / m² dans un magasin GSB bien connu.
= c'est parti !

Histoire de ne pas être trop partial je fouillerai une dernière fois du côté des isolants multicouches pour trouver des valeurs d'isolation. Et revenir avec un matériau pour ce weekend. A demain !



Quelques mots de plus sur les isolants minces :
-Voici un article (parmi tant d'autres) intéressant sur ces isolants minces, ainsi qu'ici un avis du CSTB à leur sujet (organisme public de certification technique dans le bâtiment).
- Certaines marques (Actis par exemple) commencent à sortir des isolants multicouches micro-poreux, ce qui solutionne un des principaux reproches qu'on leur fait : à savoir retenir la vapeur d'eau = danger pour les matériaux en contact.
- J'en déduis que OUI par rapport à leur épaisseur les isolants minces peuvent être performants, mais les valeurs affichées de ces produits seuls n'atteignent pas les exigences de la norme minimale actuelle de l'habitat ... donc en complément d'isolation pourquoi pas quand la place est limitée, ça doit être bon (attention à la vapeur d'eau !).
Mais quand on a de la place ces isolants deviennent obsolètes : ils sont plus chers pour moins bien comparés à des matériaux classiques plus épais.

Repost 0
Publié par Mari & Bast - dans Isolation
commenter cet article
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 22:33

Après un weekend froid passé loin de notre maison ossature bois, nous étions curieux de voir à quelle température nous retrouverions celle-ci.
http://www.bigship.com/images/products/350x280/19119.jpg
Pendant 2 jours le thermomètre faisait copain avec le zéro, avec des nuits ayant des pointes à -7°C.

- A 18h35, heure de notre arrivée, il faisait 12.9°C dedans, -2.9°C dehors. Autant dire plutôt froid.
Allumage du poêle à bois sur le champ, hors de question de se cailler !
- 19h35 soit 1h après : 16.2°C dedans = déjà 3.3°C de gagnés, ça monte, ça monte ... (-3.7°C dehors)
- 20h10 : 19.3°C dedans (-3.7°C dehors), on rentre dans la température "confort", on baisse le tirage du poêle.
- 20h50 : 20.1°C dedans (= +7.2°C de plus qu'à notre arrivée), tout le monde en T-shirt, c'est l'été !
Ajout du 30 janvier : mêmes chiffres et résultats le weekend du 30.

3 constats :
- La maison est bien restée hors gel, mais nous n'avons aucun élément de comparaison avec une maison de conception différente, donc constat "gratuit" et sans conclusion.
- De notre rez-de-chaussée, le froid monte sensiblement du sol. Le garage / sous-sol semble être un principal "pont thermique" de la maison à traiter. 2 actions à mener : isoler la face hors-terre et les 2 portes métalliques qui amènent le froid, puis la chape du rez-de-chaussée par dessous.
- La maison est rapidement chauffée : environ + 7°C en 2h dans la pièce principale c'est vraiment pas mal.

En attendant la fin de l'hiver, un peu de musique pour se réchauffer ?
Repost 0
Publié par Mari & Bast - dans Isolation
commenter cet article
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 18:17

Depuis l'épisode des trous puis le passage des évacuations et arrivées d'eau à travers la chape du rez-de-chaussée, nous n'avions pas encore colmaté les "jours" autour de ces gaines et tuyaux. Beaucoup d'air froid montait du sous-sol, ainsi que les sons qui communiquaient. Nous avons bouché ces ouvertures inutiles cette semaine.

Pour cela nous avons employé la solution de facilité : la mousse expansive polyuréthane en bombe.
Celle-ci est largement utilisée dans l'industrie du bâtiment pour isoler ou reboucher des ouvertures du fait de son prix, sa facilité d'utilisation et le manque d'alternatives.

Bombe de mousse expansive polyuréthane Mousse polyuréthane expansée Mousse PU expansée

L'utilisation est très simple, vous connaissez sans doute déjà : la canule souple permet d'injecter la mousse dans n'importe quel endroit, et étant donné qu'elle est expensive elle gonfle pour remplir toutes les aspérités. On vise le trou, on appuie sur le haut de la bombe (comme un aérosol) et pschiiit ! Le séchage est rapide, de l'ordre de la demi-heure, par contre éviter de respirer les vapeurs ou de toucher la mousse avant séchage.

PRIX : 4 à 12 € pour un volume utile de 50 litres de mousse.


Le défaut : le polyuréthane est loin d'être propre car contient des composés toxiques.
On verra dans un futur article s'il existe des alternatives.

Réaction avec d'autres matériaux ?
La mousse polyuréthane contient des isocyanates, qui en plus d'être toxiques sont réactifs avec d'autres matériaux. Néanmoins ces isocyanates polymérisent rapidement une fois sortis de la bombe, donc passent dans un étât inerte.
- Légèrement corrosif pour le cuivre, les alliages ferreux et l'aluminium.
- Ils attaquent certains plastiques, caoutchouc et peintures.
- Pour ce qui est du PVC je n'ai pas trouvé d'infos concrètes, juste des interrogations.
- Pour ce qui est du bois pas de contre-indication : certaines sociétés du batiment isolent les planchers bois à la mousse PU, de plus la plupart des vernis et vitrificateurs contiennent du polyuréthane.

RAJOUT de janvier 2011 : il existe désormais des mousses polyuréthane ou de composition alternative SANS ces fameux isocyanates. On vous invite à suivre cet article pour en savoir plus.

Repost 0
Publié par Mari & bast - dans Isolation
commenter cet article
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 14:42

Le cellier situé au rez-de-chaussée sert d'espace tampon avec le sous-sol : l'accès escalier se fait par cette pièce.
La cage d'escalier est isolée par 2 couches croisées de 40 mm de laine de bois, de marque Isonat + (article à venir sur cet isolant). 80 mm -> R = 2,10.

Le point faible de l'installation actuelle est que nous n'avons pas mis de porte de service isolée (et chère), mais une simple porte isoplane.
1/ L'isolation est pas super (je n'ai pas trouvé de valeur R standard). Solutions :
- Remplacer par une vraie porte de service : on verra plus tard, trop cher pour notre moignon de budget actuel.
- Bricoler une porte isolée en la doublant avec un isolant, par agrafage par exemple ... niveau esthétique ça doit pas être super top moumoute.
2/ L'air rentre de partout ! Par le haut, par le bas, par les côtés ... Solutions :
- Remplacer par une vraie porte de service ...
- Colmater le tour de porte -> solution pas chère et rapide -> on se lance.


Les ingrédients et la recette :

"Bas de porte"
7 à 30 €. Le notre en mousse, prix = 11 €.
Mise en place : on coupe à la largeur de la porte, on l'enfile dessous, c'est fini. Pose = 1 min.
Les systèmes à balais sont plus esthétiques à mon sens, mieux pour un accès principal, ils demandent un poil plus de bricolage mais ce n'est pas bien compliqué.
  Isolant bas de porte
Joint mousse adhésif en rouleau (6 à 10 m)
2 à 20 € selon l'épaisseur et le matériau. Le notre, prix = 4 €.
Mise en place : on déroule, on colle le joint à l'intérieur du dormant de la porte afin qu'une fois fermé l'ouvrant de la porte appuie dessus. Pendant la pose, attention de ne pas faire de plis, notemment dans les angles. Pose = 5 min.
   
Isolant joint mousse adhésif


Résultat : plus d'entrée intempestive d'air froid par la porte, tout ça pour 15 € et en 6 min.
Ce n'est pas parfait mais bien mieux que rien : nos petits petons sont désormais bien au chaud. 

Repost 0
Publié par Mari & bast - dans Isolation
commenter cet article
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 12:14
Aujourd'hui c'est cours de maths ! J'en entend qui font "houuuu !!!" ?
Vous verrez les maths c'est très intéressant quand il s'agit de sous.


La question réflexe lors d'un projet de construction c'est "comment je vais me chauffer ?". Plus rarement "comment je vais m'isoler ?".

Et pourtant, l'isolation est aussi importante que le chauffage, voir plus : c'est elle qui va freiner la perte de chaleur, et donc éviter de gaspiller inutilement de l'énergie = de l'argent (cf article 3 piliers du confort thermique : isolation, déphasage et inertie)
     Isolation prix économies

Jusqu'à là tout le monde sera sans doute d'accord, mais bien isoler voire sur-isoler cela a un coût.
Est-ce que c'est rentable ? Voyons cela de plus près (en gras l'essentiel, pour ceux qui ne lisent plus que des sms et "twitter").


1/ Isolation standard d'une maison de 100m² en 2010, laine de verre

La norme actuelle en matière de construction, la RT 2005, impose des valeurs d'isolation minimum.

Ces valeurs référence sont celles proposées en standard par la plupart des constructeurs, en prestation classique.
- R = 2,3 pour les murs
- R = 4 pour la toiture / combles

Cela équivaut en général à :
- 100mm de laine de verre dans les murs -> R = 2.6 -> 4.8 € / m² matériau seul
- 200mm de laine de roche sous toiture -> R = 5 -> 7 € / m² matériau seul

Pour une maison de 100m², cela fera environ 100m² de murs et 100m² de combles à isoler.
- 100m² murs -> 480 € d'isolant
- 100m² toiture -> 700 € d'isolant

Total = 1180 €

Une telle maison coutera en chauffage par an en moyenne :
- 1100 € au bois ou gaz de ville
- 2000 € en chauffage électrique classique
- 1700 € au fuel

- et enfin 500 € en chauffage électrique par pompe à chaleur, qui devient le chauffage le plus en vogue ces derniers temps.
Cf chiffres référence ici + investissement de départ



2/ Etude de cas : sur-isolation laine de verre


Les murs ainsi que la toiture représentent environ 50 % des déperditions thermiques d'une maison.
Si on rentre dans les préconisations du label basse consommation BBC, tout en restant raisonnable : R = 5 pour les murs (x2 par rapport au classique), R = 7,3 pour la toiture (x1,46)
Avec cette isolation supplémentaire on passe de 50% de déperditions à 30% = économie de 20% sur la facture énergétique (calcul = simple règle de 3).

Qu'est ce que cela coûte en isolation ?
- R = 5 pour les murs -> laine de verre 200mm -> 7 € / m² matériau seul
- R = 7,3 pour la toiture -> laine de verre 280mm -> 11,9 € / m² matériau seul

Cela donnera :
- 700 € d'isolant pour les murs
- 1190 € pour la toiture
Total = 1890 €, soit 710 € de plus qu'une isolation standard.

Le surcoût à l'achat n'est pas énorme. N'oublions pas en plus qu'une fois posée, l'isolation ne coute plus rien, puisqu'elle ne consomme rien ! Que permet-elle d'économiser en chauffage ?
Le calcul est simple (règle de 3 là aussi) : si on économise comme vu plus haut 20% sur sa facture de chauffage par an, on aura rentabilisé le surplus d'isolation au bout de :
- 3 ans et 3 mois avec un chauffage bois ou gaz de ville, après quoi on réalise 220 € d'économies par an
- 1 an et 9 mois en électricité classique, puis 400 € d'économies par an
- 2 ans et 1 mois en fuel, puis 340 € d'économies par an
- 7 ans et 1 mois avec une pompe à chaleur, puis 100 € d'économies par an

Conclusion : le léger surcoût est très rapidement amorti : sur-isoler sera toujours rentable, et à court terme. N'oublions pas en plus que le prix des énergies en tous genres ne vont pas en baissant ...
Et en plus de l'argent, ce sont autant d'énergie et de rejets polluants inutiles économisés.


Notes au sujet de cette petite étude :
- On ne tient pas compte dans ce calcul que la période de chauffage est limitée dans l'année à quelques mois : dans ce calcul on répartit à l'année pour simplifier -> le nombre d'années est juste, mais les mois peuvent être divisés par 3 ou 4 si on veut le report précis en mois de chauffe.

- On ne tient pas compte non plus de l'investissement de départ du moyen de chauffage : la pompe à chaleur par exemple, économique à l'usage, est parfois assez chère à l'achat.
- /!\ Ces calculs sont bien évidement des estimations, ils sont faits sur la base de moyennes et statistiques.
Ils ne remplacent pas une étude thermique dédiée, établie avec des logiciels spécifiques et prenant en compte l'ensemble des matériaux de la maison, comme par exemple l'excellent et hyper complet
Pléiades / Comfie /!\

- Pour finir, cette petite étude est faite avec de la laine de verre : celle-ci est l'isolant utilisé classiquement dans la construction. Bon isolant, peu chère ("ho peuchère !"), elle a quand même certains défauts : peu résistante à l'humidité, perd ses propriétés isolantes dans le temps (tendance à se tasser), peu déphasante (= mauvais confort été) ... des comparatifs sur le net avec d'autres isolants sont dispos, nous vous laissons les découvrir, en voilà un.

Repost 0
Publié par Mari & bast - dans Isolation
commenter cet article
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 14:37

... déphasage et inertie.

Comme beaucoup, lors de la conception du projet une des premières questions que nous nous sommes posé a été : "quel chauffage allons-nous mettre ?" et "comment refroidir l'été" (à Toulouse il fait chaud parfois, sisi ...).
L'offre est variée, les prix aussi.

Après quelques recherches et discutions, une autre solution s'impose, en toute logique : bien isoler, voir SUR-ISOLER.

Car avant de vouloir chauffer ou refroidir de façon artificielle et à tout prix (car cela a un coût à l'achat, puis en énergie), n'est-il pas d'abord intéressant d'essayer de conserver aux maximum la chaleur ou le frais ?

Beaucoup le disent : "le meilleur chauffage est celui qui ne coute rien".

D'autant que si on calcule, sur-isoler ça ne coûte pas beaucoup plus, contrairement à ce que l'on pourrait croire. 
     Déperditions thermiques maison mal isolée



Pour choisir son isolation, il est intéressant d'en comprendre les mécanismes.
Je vous propose d'étudier cela de plus près : un peu de technique, ça vous tente ?

 

Oublions les appareils de chauffage et intéressons-nous au comportement d'une maison façe aux variations de température. Grosso modo on pourra décomposer 3 phénomènes / propriétés :


1/ Isolation : tout le monde c'est ce que c'est non ?
C'est la propriété d'un matériau à ne pas transmettre la chaleur.

Concrètement : en hiver on chauffe, l'isolation garanti alors la conservation de la chaleur dans la maison.

Les chiffres clés :
- R = résistance thermique.
- λ lambda = conductivité thermique.
- e = épaisseur de l'isolant

R = e / λ 

R est la valeur référence indiquée sur les isolants : plus c'est grand, mieux c'est.

Isolants, quelques pistes : La plupart des isolants du marché permet de garantir une bonne isolation.

Mais on oublie parfois des critères tout aussi importants :

- tenue dans le temps pour conserver ses propriétés isolantes : résistance au tassement et à l'humidité notemment -> pas gagné pour la laine de verre par exemple.
- "perspirence" du matériau : faculté de laisser transiter de la vapeur d'eau. Prenons le cas du polystyrène, mauvais élève dans ce cas : ne laissant rien passer, la paroi intérieure aura tendance à stocker l'eau (vapeur de respiration, de cuisine, douche, ...) avec tous les inconvénients allant avec.
- santé des poseurs (principal exposés) et des utilisateurs, d'autant que dans notre cas c'est nous qui posons.
- résistance au feu et dégagement de fumées potentiellement toxiques qui vont avec.
    
Les normes dans tout ça ?
La norme "officielle" en cours en matière de construction, RT-2005, préconise au minimum :

 - R = 2,3 pour les murs (25% des déperditions thermiques d'une maison mal isolée)

 - R = 4 pour la toiture / combles (30%)

 - R = 2 ou 2,5 pour le sol (suivant le type de sous-sol)


Le label BBC-Effinergie préconise lui au minimum :
 - R = 3 pour les murs
 - R = 6 pour la toiture / combles
 - R = 2,5 ou 3,5 pour le sol
Cf ce lien pour le comparatif des préconisations RT-2005 / BBC


La future norme RT-2010 tend vers les valeurs BBC-Effinergie, qui est la "référence" Francaise actuelle des maisons basse consommation d'énergie (déjà moins exigente que les normes "passives" de certains voisins Européens comme PassivHauss ou Minergie).

Et LaMaisonBoisDeNous alors ?
Panneaux de laine de bois en panneaux, de marque Actis.
Cf article Isolation / déphasage : premier bilan
- 16 cm d'isolant dans les murs + 2,2 cm de fibre pare-fluie, R = 5
- 28 cm en toiture, R = 7,78
Isolants SEULS, sans compter les autres couches de matériaux

 


2/ Déphasage
Notion pas du tout évidente car souvent amalgamée avec l'isolation. Pour faire court : le déphasage, c'est le confort d'été. Il s'agit du TEMPS à un matériaux pour transférer la chaleur d'un milieu (extérieur) à un autre milieu (intérieur).

Concrètement : en été on veut du frais et dehors le soleil cogne ! Si on a bien aéré la nuit, théoriquement on a emmagasinné de l'air frais. L'objectif est alors que l'isolant retienne l'onde de chaleur de la journée au moins jusqu'au soir, où la température baissera pour refroidir à nouveau les murs et l'intérieur.

Les chiffres clés : Le calcul est pénible, vous le trouverez ailleurs pour l'instant (héhé). Ici par exemple.
     Isolants, quelques pistes : Malheureusement pour la classique laine de verre, ce n'est pas gagné : il faudrait une épaisseur énorme pour concurrencer notemment la laine de bois ! (et niveau prix, du coup ...) Cela vaut pour la plupart des matériaux "synthétiques" : bons isolants, mais mauvais déphasage.

Et LaMaisonBoisDeNous alors ?
Pas mal du tout ! Cf article Isolation / déphasage : premier bilan

 


3/ Inertie
Pour faire court : c'est la facultée d'un matériau à emmagasiner une température puis la restituer.
Sa capacité est directement liée à sa masse : un matériau lourd comme le béton sera nettement avantagé à une structure légère comme une maison ossature bois par exemple (oups !)

Concrètement : l'inertie a un rôle de lissage d'écarts des températures. Le meilleur exemple est la maison en pierre, très "lourde" : en hiver, une fois la masse réchauffée, elle continuera de restituer cette chaleur (ce même principe est appliqué pour les "poëles de masse").
De même en été cela contribuera à conserver la fraicheur, pour peu que l'on ventile la nuit pour recharger la masse.

Avantage de l'isolation par l'extérieur : l'inertie c'est très bien, mais souvent non utilisé.
Le cas courant est la maison "traditionnelle" en parpaing (que je n'aime pas ce mot ! depuis quand c'est traditionnel le parpaing ?) isolée par l'intérieur : un peu dommage, car on dispose d'une réserve d'inertie intéressante (le parpaing), mais que l'on place à l'extérieur. C'est à dire qu'au final, l'isolation intérieure coupe la réserve potentielle d'inertie (donc inertie 0). Et même doublement dommage, car le parpaing n'isole rien (ou quasi) et stocke alors inutilement du chaud en été et du froid en hiver ! ...
Alors qu'à l'inverse, avec une isolation extérieure le parpaing va stocker et lisser la température ambiante de la maison, tout en étant isolé des températures extérieures.
Ajoutons à cela qu'isolé par l'extérieur, on réduit les ponts thermiques.
    
Oui mais : L'inertie est un peu à double-tranchant. Si une fois la température idéale atteinte tout va bien, celle-ci par contre sera plus longue à obtenir : une maison à forte inertie qui est froide sera plus longue à chauffer, car le matériau lourd va mettre plus de temps à se charger en chaleur.

Le choix peut donc se discuter : par exemple pour une maison secondaire, occupée par intermitence, on préfèrera théoriquement moins d'inertie (mais TOUJOURS une bonne isolation et déphasage !) pour notemment réchauffer rapidement la maison en hiver.


Et LaMaisonBoisDeNous alors ?

La maison ossature bois comme vu plus haut est une structure légère, et dispose de peu d'inertie. Certains autoconstructeurs de MOB "gonflent" l'inertie avec des murs de refend lourds par exemple. De notre côté le paquet à été mis sur l'isolation / déphasage qui devraient garantir tout de même un très bon confort.
Les cloisons sont en Fermacell et non en Placo : 2x plus lourd, on peut se poser la question de l'apport en inertie -> sans doute négligeable par rapport à une maison béton ayant "quelques" tonnes d'écart.



Sources : plein ... Internet est votre ami !

Repost 0
Publié par Mari & bast - dans Isolation
commenter cet article
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 09:48

Voilà déjà 3 / 4 mois que l'isolation des murs et de la toiture est faite : voici l'heure des premières constatations.

L'isolant utilisé dans la toiture et dans les murs est de la laine de bois en panneaux, de marque Actis (Edit : et non Homatherm).
Ces panneaux sont très denses : 55 kg/m3. En comparaison avec la laine de verre "classique" de 20 ou 25 kg/m3 (il en existe de plus dense), ceux-ci apportent un net avantage en terme d'isolation et de déphasage (= confort été).
   Isolant panneau de laine de bois

Pour comprendre ces chiffres je vous conseille de suivre ce lien, qui comporte d'ailleurs en commentaire (au 21/07/2010) le parfait exemple d'un de ces soi-disant "professionnels" qui ferait mieux de changer de métier.

 

Voici la composition isolante seule de notre structure :
- 16 cm dans les murs -> R = 5
- 28 cm dans la toiture -> R = 7,78
    +
- 5 cm de liège sur et en périphérie de la dalle béton (ourdi bois sur sous-sol : isolation par dessous en cours de réflexion : on bénéficierait plus de l'inertie de la dalle).

Constatations & confort :
Ayant travaillé à l'intérieur avant et après la mise en place de l'isolant, la différence est flagrante.
C'est simple : il fait "bon" tout le temps.
Et à l'étage sous comble, il n'y a pas de différence de température perceptible !
(les panneaux sous-toiture restent frais) Très satisfaisant, car la plupart des combles aménagés sont de véritables fournaises
.
Désolé, pas de chiffres ici car nous n'avons pas mis de thermomêtre (ça viendra), mais ayant subi quelques grosses journées de chaleur et quelques journées bien fraiches au cours de cet été, on peut affirmer que le combo isolation / déphasage est vraiment bon.

Bien sûr pour les scientifiques de l'habitat il y a des imprécisions et quelques paramètres à prendre en compte :
- nous ne l'habitons pas encore (pas de dégagement de chaleur d'activité normale)
- la VMC et la hotte ne fonctionnent pas encore, le puits Canadien non plus (échanges par ventilation pas pris en compte)
- la porte de séparation sous-sol / rez-de chaussée n'est pas posée (on dispose donc en continu de la masse d'air frais du sous-sol, qui est une sacrée réserve géothermique pour une maison).
- il n'a pas fait continuellement très chaud ou très froid plus d'une semaine durant.
Nous verrons réellement l'efficacité et éventuellement les limites de l'isolant quand tous ces paramètres seront réunis, néanmoins ces premiers ressentis laissent présager du très bon.

A suivre ...

Repost 0
Publié par Mari & bast - dans Isolation
commenter cet article

Bienvenue chez nous !

La maison bois de nous, c'est le blog des tribulations de Mari et Bast et de leur "presqu'auto-construction", commencée fin 2009, quelque part entre Toulouse et Albi. Maison en ossature bois, bioclimatique, basse consommation, théoriquement BBC effinergie.

Lamaisonboisdenous : La maison bois de nous    autoconstructeurs 2011

Famille, amis, autoconstructeurs, bricoleurs, curieux ou autres : c'est avec plaisir que nous partageons notre projet, nos choix techniques, nos recherches, et le récit des étapes de la construction.
Vous voulez réagir à un article, donner votre avis ? FONCEZ : un commentaire ça fait toujours PLAISIR !
Et n'hésitez pas à vous inscrire à la lettre d'infos (juste en dessous) pour ne rater aucune nouvelle.

Vous Cherchez Quelque Chose ?

Coucou, qui est là ?

LaMaisonBoisDeNous a accueilli un total de visiteurs, il y a actuellement  Internautes en cours de visite.

Les blogs que l'on suit

On n'est pas seuls à s'aventurer dans la construction, et il y a tellement de beaux projets que c'est dur d'en sélectionner seulement quelques-uns. Voici quelques blogs que l'on suit assiduement.

Ils ont fini / ils sont des "références" connues :
Ils sont forts ils sont beaux : ils sont ICI !

Et ci-dessous ceux qui y sont encore :
Mob-Castelneuvienne : une mob super sympa, un blog tout aussi sympa
NidEcologique : une mob avec isolation en paille, avis techniques sur plusieurs technologies "écolo"
La cabane à Xavier : rénovation maison, ceinture noire en bricolage mécanique
Danslamaison : rénovation d'une maison des années 30 qui ne manque pas de charme
Hep-toit-la-bas : future jolie mob dans les hautes Alpes
Maison.bioclimatique : une jolie maison bioclimatique en haute-Savoie
NotreMaisonEnMadriers : maison en madriers de bois dans le pays du vent d'Autan, le Lauragais
NifNif : la maison en bois de NifNif. Le loup peut toujours souffler ...
Mamaisonsolaire : une jolie maison solaire en bois, dans le massif central
MaisonChanvre : une belle maison en paille avec entre autres un poêle Stuv 30 et un puits Canadien. Un des premiers blogs construction que l'on a découvert, qui nous a motivé à nous lancer dans notre propre projet, et récemment re-découvert avec plaisir.

Comprendre, partager